Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Un Gaffeur a l'Airsoft

Tout est dans le titre !

Op Narcos Blood Candy

Pour terroriser les cartels il faut savoir faire peur !

Pour terroriser les cartels il faut savoir faire peur !

Il y a un an, nous avions été envoyés à la frontière pour affronter les gangs El Scorpiones et la Mano Blanca. Malgré tous nos efforts, ils se sont aujourd'hui regroupés en un seul cartel, Los Hermanos de Juarez, et ils ont commencé à produire une nouvelle drogue appelée Blood Candy. Ajoutez à cela la remise en liberté de Pedro et le culte de la Santa Muerte toujours plus influent, et vous obtenez une nouvelle raison pour l'Oncle Sam d'envoyer la DEA sur place 

 

Premier Jour : la folie des sicarios

 

Quand on est arrivés, un mec du FBI cagoulé prétendant s'appeler John Smith nous a expliqué que les arrestations seraient indispensables pour comprendre d'où sort la Blood Candy et qui est El Padre, la nouvelle figure des narcos qui traîne dans le coin. Nous embarquons alors dans notre pick up et partons repérer le terrain avec d'autres escouades (non sans nous dire que lorsqu'on a vu Smith relever légèrement sa cagoule pour boire, il avait une moustache curieusement identique à celle de Pedro). Une fois débarqués, on accroche les premiers hostiles sans trop de casse, mais sans parvenir à en serrer un. Après quelques repérages nous arrivons en vue de la base du Cartel, avec à son entrée un de ses membres visiblement blessé. Ni une ni deux, nous décidons d'attaquer et de capturer ce bouffeur de tacos ! Ses petits copains ne nous rendent pas la tâche facile car ils sont bien planqués dans la forêt et nous allument efficacement, mais pas suffisamment pour nous empêcher de capturer notre cible ! 

 

De retour au camp victorieux, on confie le dénommé Yoyo à John Smith qui s'empresse de lui faire subir un interrogatoire made in USA à base de harcèlement, d'eau et de promesses de prisons truffées de grands black à qui il faudra prodiguer fellations et autres joyeuseries. Le mec passe à table : son lieutenant serait le Talien. A ce rythme là on va vite découvrir le secret de la potion magique ! On nous affecte alors à la garde du camp. Pendant notre surveillance on essuie de nombreuses attaques de narcos qui comme l'an dernier on trouvé un spot magnifique pour leur sniper qui fait un carnage. En tant que médic je passe mon temps à soigner les copains tout en défendant la position. Le tout couvert par une chanson ignoble qu'un des prisonniers ne se lassait pas de gueuler à tue tête ! Faudra penser à demander un lot de baillons ou du chloroforme au FBI. Parfois ces chacals envoient même des civils attirer notre attention avec des prières à la Santa Muerte. Mais nous avons avec nous Coffee qui a senti venir l'embrouille et qui allume un groupe armé qui tentait de se faufiler dans les buissons pendant que nous observions los culos benitos. Fort heureusement les choses finissent par se tasser et nous repartons en mission. 

 

But de la manoeuvre : démanteler les communications des cartels en capturant leurs paraboles. Nous prenons la première sans trop de soucis, mais la seconde, mieux défendue ne pourra être prise qu'avec un assaut frontal de deux escouades entières. Les sicarios finissent par s'incliner et nous prenons la seconde parabole. Un groupe s'en va escorter les prisonniers au camp pendant que nous restons sur place tenir la zone. Soudain un groupe de narcos est en vue, avec Bambi nous tirons quelques coups pour les stopper puis nous nous retranchons avec les copains en contrebas. C'est alors qu'une mexicaine arrive mains en l'air. C'est louche. On la maîtrise et on la confie à Tao qui va se charger de fouiller sa consoeur (on a beau être en guerre, un mec ne fouille pas une nana !). Et là c'est la bombe atomique : ces enfoirés ont envoyé la fille faire diversion et se sont approchés pendant que presque tout le monde avait les yeux fixés sur elle. La fusillade sera mortelle pour la plupart de nos gars, y compris moi. Seuls quelques uns en réchappent, ce qui nous contraint de rentrer au camp. Au moins cette année ils ne nous ont pas distrait avec du Michel Sardou, mais c'était à peine moins fourbe !

On a terminé cette journée avec Bandido, Mastick et Picasso planqués en hauteur pour observer les trafiquants. Nous découvrons alors avec stupeur que Pedro vient de débarquer à Juarez. Nous rentrons alors discrètement pour remonter l'information. 

 

John Smith, à moins que ce ne soit... non, non, ce serait trop énorme !

John Smith, à moins que ce ne soit... non, non, ce serait trop énorme !

Un moment de répit, ça ne va pas durer !

Un moment de répit, ça ne va pas durer !

Une nuit à Juarez : cérémonie et descente

 

Les nombreuses informations que nous avons glanées pendant la journée nous ont permis d'apprendre qu'une cérémonie aura lieu à la frontière cette nuit. L'intégralité de nos forces est dépêchée sur place pour observer la procession et tenter de choper trois VIP. En cas de pépin, le chef lancera une grenade pour ordonner l'assaut. On arrive sur place et on se planque dans la pénombre. Sur la route, on a aperçu un mec masqué vêtu d'une cape et d'un encensoir suivi par une importante armée de sicarios. Et ben les gars on va rire. Le mec, ce fameux El Padre prononce une prière à la Santa Muerte et ordonne qu'une vierge soit sacrifiée. La donzelle hurle à la mort mais cela n'empêchera pas ces malades de lui ouvrir la gorge et de lui ôter le coeur. La grenade explose alors enfin, on sort de nos abris en gueulant à ces maboules qu'ils sont cernés, mais comme justement ce sont des maboules, ils se défendent. Les hommes tombent dans les deux camps, je parviens à toucher El Padre à la cuisse, mais je suis moi même touché juste après. Blessé j'assiste impuissant à la débâcle : deux des VIP ont été tué par nos gars tandis que le dernier a été achevé par ses propres gars pour éviter les fuites d'informations. Quelle nuit, j'en viens presque à regretter le coca light et les rednecks de ma chère Amérique. Mais peut être pas Trump faut pas déconner non plus.

 

Deuxième Jour : Raid sur les labos

 

Les VIP ont été abattu ou ont pu s'échapper hier soir, mais nous avons finalement compris à quoi servaient les sacrifices ainsi que les nombreux cadavres pendus dans les arbres : la Blood Candy est synthétisée avec des organes humains. Ouais, transformer le consommateur en marchandise, même Escobar n'y avait pas pensé. Nous connaissons cependant l'emplacement des labos où cette saloperie est fabriquée, et il va falloir frapper fort. La moitié de l'effectif de la DEA part franchir la frontière et se heurte à une défense agressive des laboratoires ! De ma vie je n'avais jamais vu autant de grenades pour un seul point stratégique. On en bave pour avancer sans en prendre une, et on crève de chaud car ce soleil de merde s'en cogne qu'on porte des kilos de matériels, mais au final la First parvient à capturer Pedro lui même, qui est évacué par hélico. Et c'est là que, Gaffeur étant mon surnom j'apprend que je ne suis pas dans la bonne zone de mission. Woups, fort heureusement Balou accepte de me conduire en 4x4 jusqu'à l'escouade que j'aurais du suivre. Sur place on attend l'arrivée de l'hélico qui transportera Pedro et le reste de nos gars. On se retrouve alors au grand complet avec comme objectif de ramener le VIP jusqu'au camp. La route est longue, mais parce que d'autres escouades ont bien sécurisé l'itinéraire, nous arrivons sans tirer une seule fois à destination.

 

Là forcément, on s'attendait à de nouveaux coups fourrés des Narcos étant donné que nous tenions leur boss. Et si il y a bien eu quelques tireurs motivés pour venir nous harceler, la seule chose de notable dans mon secteur aura été Picasso qui dégomme un civil. Je me dis "et ben il rigole pas notre Paulo, comment il l'a pas respecté le civil". Et puis après l'avoir fouillé il me sort "et t'as vu un peu il avait une grenade sous le tshirt ton civil". Joli coup, c'était bien tenté ! 

 

 

Moi je dis il aurait au moins pu mettre une cravate ce misérable !

Moi je dis il aurait au moins pu mettre une cravate ce misérable !

Bilan de l'OP

 

Je pense que vous l'aurez compris en lisant ce pavé : je me suis éclaté comme l'an dernier ! Je vais donc remercier les Commandos Casimir, la Black Team, la Delta et les Taïpans pour l'organisation quasi sans failles et la bonne humeur qui a régné tout le long du week end. Mais en particulier je remercie les joueurs Narcos et Paps Gruk qui en terme de roleplay nous ont vraiment régalé pendant deux jours ! Attention les joueurs DEA ont été épiques et efficaces sans conteste, mais ayant moi même joué DEA je dois vraiment souligner que les Narcos ont vraiment été sensas ! Une OP que j'espère voir renouvelée pour une troisième édition, en espérant que cet enfoiré de Pedro ne s'échappera pas encore d'ici là !  

 

 

A bientôt sur le terrain

 

Gaffeur

Ouais, on n'a pas fait dans la dentelle avec les narcos...

Ouais, on n'a pas fait dans la dentelle avec les narcos...

Les deux escouades Taïpans au complet !

Les deux escouades Taïpans au complet !

Le résumé en vidéo pour ceux qui auraient la flemme de lire !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article