Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Un Gaffeur a l'Airsoft

Tout est dans le titre !

Op Roches Secrète : dans la peau d'un PNJ

D'honnêtes villageois neutres veillant sur leurs biens

D'honnêtes villageois neutres veillant sur leurs biens

Le 9 juin dernier fut une date très importante pour notre équipe. En effet après deux ans d'existence nous organisions la première véritable OP scénarisée sur notre terrain (vous pouvez retrouver le teaser ici) ! Le pitch, concocté par notre Babou national (qui s'est braqué toute la scénarisation et la planification en scred, encore un big up à toi mon ami) était le suivant : à la suite de la découverte d'un gisement de minerais radioactif d'un nouveau genre, l'OTAN devait intervenir pour empêcher la société Valois and Co et ses mercenaires de mettre la main sur la nouvelle ressource. Au milieu de tout ce foutoir, un village neutre se retrouvait entre deux feux. Grande première pour moi ainsi que pour une bonne partie des Taïpans, le roleplay serait au coeur de notre mission (les généraux, leurs gardes du corps et l'intégralité des neutres étaient campés par des gens de chez nous). 

Babou, le chef d'orchestre de Roches Secrètes

Babou, le chef d'orchestre de Roches Secrètes

Une matinée sous tension

Les choses ont commencé de manière plutôt classique pour nous. N'ayant pour l'instant rallié aucun des deux camps, nous devons découvrir où se trouvent les QG et tenter de gratter quelques informations et biftons (bah oui, entretenir les troupeaux de brebis du village, ça coûte cher). A l'instar d'un mauvais film d'horreur nous formant des groupes de deux : certains garderont le village, d'autres iront à la rencontre du général de l'OTAN tandis que Gros, Jules et moi partons vers ce que nous supposons être le camp des Valois. 

Après quelques minutes de marche nous approchons de leur base à grand coup de "crévindious à cause de ces saligauds not' bétail s'est barré dans la forêt". Alors oui nous parlons fort, mais de là à se retrouver avec dix M4 pointées vers nous... Dites vous seriez pas un peu tendus chez les Valois ? 

Je rencontre alors le chef de la firme, un vague air de Lou Bega dans le style qui propose de discuter avec le boss de notre village. Comprenant qu'il ne parlera pas avec un grouillot dans mon genre, je retourne au village convaincre le Papé de rencontrer le leader Valois. De leur côté, les gars qui sont allés parlementer avec l'OTAN semble avoir déjà obtenu quelques résultats puisqu'une patrouille surveille déjà notre camp. 

Suivant les ordres de notre machiavélique Papé, nous passons la matinée à monter les deux camps l'un contre l'autre, en organisant des embuscades, contre-embuscades (à ce niveau là on frise l'Inception) et en divulguant des informations jamais véridiques, mais pas tout à fait fausses non plus ! "On nous a tiré dessus, c'est vous les villageois qui nous attaquez !" "qui nous ? Bah non on vise un mec en blanc qui passait sur votre flanc" "un mec en blanc ? Putain merci les gars" "mais je vous en prie gracieux sire" putain quels connards ces paysans ! La pause repas se profile alors tandis que notre stock de pognon augmente à vue d'oeil (les informations, ça rapporte, même quand c'est du flan !).

 

Comme quoi la fourberie, ça paye !

Comme quoi la fourberie, ça paye !

Valois ou OTAN, il faut choisir

Malgré nos fourberies et contre-keums efficaces, les deux camps ont bien compris que nous bouffons à tous les râteliers. Il va falloir qu'on se décide à choisir pour de bon cette fois-ci. Notre Papé nous suggère tout d'abord de nous rallier aux Valois, qui sont en infériorité numérique par rapport aux troupes de l'OTAN. Question de justice. Sauf que comme nous le fait remarquer Bandido, la justice ça fait un moment qu'on s'est torché avec. Bref nous partons engager un véritable partenariat avec le général OTAN. D'abord méfiant (et vas y qu'on nous accuse de tirer dans le dos de ses hommes et de soigner les blessés adverses), leur général se montre raisonnable : une escouade de renforts, même composée de prolos ne sera pas du luxe pour faire tomber le fort. 

C'est ainsi que notre village se retrouve avec le blason de l'OTAN ! Le gros de nos troupes se lance alors à l'attaque du camp Valois. Les échanges de tirs sont nerveux, moi même je reçois une doublette dans le cou qui me fera passer pour une victime de Dracula pendant une semaine. Mais rien à faire ces saligauds tiennent bon. Me retrouvant seul face à leur camp, je me replie au village pour essayer de trouver du renfort. 

Je tombe alors sur Bandido qui se retrouve chef suite au décès prématuré du Papé (écrasé par ses moutons, accident regrettable). "Alors ça se présente comment ?" "Bah ils défendent chèrement leur peau" *crac* "c'est quoi ce bruit ?". Ce bruit, c'étaient deux gars de la Valois qui ont été envoyés par leur patron tenter de nous acheter à nouveau. Ce dernier demande une rencontre. Nous sommes alors convenablement escortés (comprenez désarmés et un pistolet dans le cul pour filer droit) jusqu'à la base des Valois. En arrivant devant le camp, je repère Fever au sommet d'une tour, très calme. "Qu'est ce qu'il fout la haut celui là, il est pas sensé être avec l'OTAN ?" me dis-je, et là c'est le gag : en pénétrant dans le cas nous constatons que les Valois ont fini d'être massacré par l'OTAN et leur patron a été capturé. Nos gardes tentent vaguement de négocier quelque chose, jusqu'à ce que Kinder, membre de la garde du général OTAN sorte son PA "au pire on est trente et vous êtes deux, vous allez faire quoi?". C'est la fin de l'OP. Un peu prématurée comme fin, et plutôt inattendue (le scénario prévoyait autre chose) mais c'est aussi ça l'airsoft ! 

Autant dire que sur ce coup là on a eu très chaud !

Autant dire que sur ce coup là on a eu très chaud !

Bilan de la journée 

Cette première OP aura été un excellent premier jet : jouer un PNJ aura été quelque chose d'enrichissant et de neuf pour beaucoup d'entre nous, tandis que les autres joueurs se sont visiblement amusés à localiser les filons de roches et gérer nos coups tordus. Certes il y aura quelques petites choses à améliorer, mais cela fait partie du défi que nous nous lançons pour la deuxième édition l'an prochain ! Et puis entre les villageois qui se taillent avec le pognon et l'OTAN qui met la main sur le minerais, nul doute que Lou Bega et ses sbires auront envie de frapper fort pour inverser la vapeur ! Réponse l'année prochaine, on y sera ! 

Merci à Ninishoot pour les photos de cette journée !

Gaffeur

Des villageois pleins de fric à l'issue de la journée

Des villageois pleins de fric à l'issue de la journée

La vidéo de la journée !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article