Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Un Gaffeur a l'Airsoft

Tout est dans le titre !

Op Silent Hill

Nous y voilà enfin ! Après plus de deux mois de confinement et un mois supplémentaire d'interdits et de reports dus aux conditions météorologiques, je retourne enfin sur le terrain avec les Taïpans ! Pour l'occasion notre président Well nous a concocté une nocturne sous règlement ACP (soit une branche milsim spécifique) avec pour consigne de tenir notre fort pendant douze heures, de 18h à 8h maximum. 

Patrouilles de reco

La douzaine de Taïpans que nous sommes plus Fever le Rat sommes ainsi répartis en trois groupes (Alpha, Bravo et Charlie) et allons profiter des dernières heures de lumière pour tenter de découvrir quelles sont les forces ennemies et où se trouvent leurs camps. 

Je pars ainsi avec Babou, Remy, Mika et Barrett pour une première patrouille. Une petite mission d'une vingtaine de minutes au cours de laquelle nous ne rencontrons personne, et ne remarquons aucun coin susceptible d'être une base ennemie. De retour au camp en prenant soin de ne pas marcher sur les trois pièges à cons que Chkoun a installé tout autour, le groupe est changé pour une nouvelle patrouille. Apparemment d'après un autre groupe l'équipe des Phocéens a été repérée à Cobra Village et sera notre alliée pour la nuit. 

Etant frais et décidé à trouver les autres, je me joins à la nouvelle patrouille composée de Mastick, Willy, Sparagus et Barrett. Cette fois ci nous allons descendre en direction de la limite Nord du terrain, en faisant gaffe de ne pas tirer sur Fever qui en bon sniper qu'il est s'est barré visiter la zone en solo. 

Tandis que nous traversons les bois, nous arrivons à la route qui longe notre terrain et entendons des bruits de pneus. Vite ! On se planque dans les fourrés et on observe.

- Civils ?
- Négatif il y a trois mecs en tenue qui sont descendus, ils ont du nous voir.
- Ordre du QG : on n'engage pas et on reste cachés pour du repérage. 

Nous comptons ainsi quatre voitures avec autocollants à l'arrière, transportant au moins deux personnes tandis que je remarque un casque lourd sur le tableau de bord de la troisième. Pas de doute c'était bien une faction ennemie, et leur camp sera probablement au Nord. Nous recevons l'ordre de rentrer. Prudemment nous remontons le chemin d'où ont surgi les véhicules pour retrouver notre camp. Là on apprendra que Fever est revenu entre temps sans trouver quoi que ce soit pendant son trip. 

 

Barrett, Chkoun et Gaffeur : heureusement qu'ils surveillent pendant la bouffe ceux là !

Barrett, Chkoun et Gaffeur : heureusement qu'ils surveillent pendant la bouffe ceux là !

Charlie ne répond plus

20h : l'obscurité tombe sur le fort Taïpan. Ju se charge de mettre en place le barbecue pour lequel de nombreuses victuailles ont été apportées par chacun d'entre nous. L'odeur est alléchante mais je vais tâcher de ne pas trop me relâcher : nous sommes en jeu et l'ennemi peut nous tomber dessus à n'importe quel instant. Le temps de siffler une paire de merguezs et une part de tortilla et je file me percher avec Chkoun et Barrett sur les remparts. 

21h Toujours aucun signe de l'ennemi. Chkoun et moi redoutons un assaut fourbe pendant le repas et incitons les autres à rester sur le qui vive. Fever part par le chemin Ouest en nous signalant qu'il doit se soulager. Une bonne demi heure après, nous nous demandons pourquoi il ne revient pas ce *&- de rat ? Et puis Babou, venu se poster à la place de Barrett scrute la nuit avec son viseur infrarouge. L'impact violent d'une bille de sniper frappe notre position. 
-Putain c'est pour ça que Charlie est pas rentré il s'est fait gauler !
- Attends Gaffeur je vois un reflet ! 
Ni une ni deux Babou vide son chargeur en direction du reflet. Pendant qu'il recharge je vide moi aussi ma réplique dans la même direction. Je recharge aussi et nous attendons : plus rien. En même temps le sniper vient de bouffer l'équivalent de 60 billes (nous jouons en real cap) donc il n'a pas vraiment intérêt à insister. Ou bien nous l'avons eu ? Après tout en ACP on ne crie pas "OUT" quand on reçoit un tir létal. 

22h30 : notre leader Bandido nous transmet des informations reçues de Well qui règle le jeu de main de maître. 

- Bon les gars deux mauvaises nouvelles. Primo pendant le repas le groupe ennemi s'est approché et a repéré toutes nos positions. Deuxio Fever s'est pas fait prendre c'était une taupe. 

Imaginez un peu toute la beauté du geste : en partant soi-disant pisser, ce bandit de grands chemins avait pris son hamac, son sac à dos et sa chaise et personne n'a eu la puce à l'oreille. C'est fourbe mais d'un autre côté, c'est beau. Et c'est aussi bien fait pour notre cul ça nous apprendra à ne pas être assez vigilants. 

 

Gaffeur en surveillance, vous pouviez pas trouver mieux ?

Gaffeur en surveillance, vous pouviez pas trouver mieux ?

Chaos nocturne

Il est à présent 23h30 : théoriquement les quarts auraient dû être pris (Alpha en repos de 23h à 2h, Bravo de 2h à 5h et Charlie de 5h à 8h) mais l'accrochage avec le sniper, la trahison d'un presque frère et le spottage gratuit par l'ennemi a remis tout le monde sur ses pattes prêt pour un défouraillage en règle. 

Depuis notre tour, Chkoun utilise l'Oeil de Sauron (oui à ce degré là le bordel c'est plus une lampe) pour surveiller les buissons et chemins qui entourent notre position, tandis que Babou ne quitte pas son infrarouge à l'affût du moindre reflet. Nous ne sommes définitivement pas avantagés dans cette situation : notre fort est dans une plaine, il n'y a pas de lune pour nous éclairer et il y a un vent à décorner le saint-patron des cocus en personne. 

Minuit, l'heure du crime : deux grenades explosent à quelques mètres des remparts. Les faisceaux laser et les rayons des torches se mêlent aux traînées de billes blanches qui traversent le noir de la nuit. "Babou couverture !", "Oh gros j'en ai un qui passe au Sud !", "Gaffeur chargeur !", "Fiona, il nous faut un médic !"... Pendant une heure, au cours de laquelle je mange une bille dans le casque (ce qui me contraint de m'allonger pour simuler l'étourdissement pendant une minute), ce genre de phrase ne cesse de fuser. Nos médics Princesse et Fiona se démènent pour soigner les blessés tandis que nous sentons que nous leur avons infligé plusieurs pertes, à en juger par les cris des blessés. 

Et là c'est le drame, j'entend que quelqu'un bouge à une dizaine de mètres en contrebas. Je sors mon buste pour faire feu et reçois un tir en plein visage. Cette fois je n'y coupe pas : je suis out pendant une heure. J'enfile mon gilet jaune et me dirige vers la zone des hors jeu, allongé sur le sol avec à quelques mètres Fiona, Princesse et Bandido qui y ont eu droit aussi. 

Malgré les gilets jaunes, nous essuyons de nombreuses rafales de la part des joueurs d'en face. Au bout d'un moment je l'admet, je craque et lâche un "BORDEL DE MERDE JE SUIS OUT"... Ce n'est pas très joli mais après une vingtaine de tirs reçus en me signalant plusieurs fois, l'homme d'action prend le pas sur le diplomate. Princesse en revanche subit le même traitement mais aura une répartie plus rigolote "He ho tu crois que je suis couchée par terre pour le plaisir ? Tu crois quoi que je suis en train de d'attendre ?"... Fier de ma filleule ! 

Vers une heure et quart, l'ennemi se barre enfin : il ne reste plus qu'un survivant tandis que nous avons encore deux gars en état de combattre. Presque une heure et demi de défense à la lampe face à une escouade entièrement équipée de jumelles de vision nocturne (et pas le modèle à 50 dirhams chez Wish), c'est quand même pas si dégueulasse !

Voilà donc ça c'est mon plus beau cliché de cette nuit

Voilà donc ça c'est mon plus beau cliché de cette nuit

Toujours prêt !

Mon tour de garde étant fixé à 5h, je pense qu'il est temps pour moi d'essayer de dormir un peu. Je remonte dans la tour et m'installe tout d'abord dans le rempart avant de prendre la place de Mastick dans la plate-forme. Celui-ci étant sorti perdant d'une lutte contre ses lunettes de protection doit partir dormir en sécurité dans sa voiture. 

Il doit être peut être trois heures lorsque je sens qu'enfin mes yeux se ferment, le TARP et le matelas que Mastick a laissé me servant de couvert.
- CONTACT AU SUD !!
Dans un réflexe je balance toutes mes couvertures et chope ma M4 qui dormait à côté de moi pour rejoindre Babou qui décidément ne rigole pas avec son viseur infrarouge ! Nous vidons deux chargeurs tandis qu'en contrebas Ju se fait plaisir avec sa vision nocturne. Deux minutes plus tard, c'est plié : on les a eu. 

Je tente de me recoucher, mais je me caille les meules. Remy qui est monté dans la tour épauler Babou me jette une couverture, ça c'est un bon gars !

Il est un peu plus de quatre heures lorsque je me décide à me lever : je suis encore chaud de l'escarmouche de tout à l'heure, je ne trouve plus le sommeil, et je me pèle donc autant servir à la défense. 

Je descend rejoindre Ju et ce qu'il me semble être Mika pour défendre. Je dis "il me semble" car à peine en bas, une grenade pète en plein milieu du fort donc je ne me suis pas vraiment rendu compte des forces en présence. Ju, Mika et moi : out pour une heure. Les autres sont dans leurs tentes ou hamacs, il ne reste plus que Babou et Remy qui donnent tout ce qu'ils ont. Malheureusement trois ennemis arrivent par une autre entrée et se glissent silencieusement dans la tour : a ciao bonsoir. 

Il est 4h30, notre position est tombée. Certains sont épuisés, d'autres sont déçus d'avoir été pris aussi rapidement alors qu'il restait trente minutes avant la relève par le reste du groupe Charlie. Mais notre bon Bandido remonte notre moral : "les gars, ils sont équipés avec du matos de malade, on est en plein dans le vent depuis 22h, on aura tenu au total  presque 10 heures ce n'est pas si mauvais. Et en plus ils ont fait tomber le camp des Phocéens dans la foulée donc on n'a pas à rougir". 

Well nous informe qu'il faudra redéployer du monde à 5h15 pour la dernière phase de jeu. Je me tiens prêt en contrebas cette fois-ci avec Fiona, Willy, Sparagus, Bandido et Babou qui est resté au lieu d'aller se coucher. 

Difficile de croire qu'un tel mode de vie YOLO a pu tenir aussi tard dans la nuit, pas vrai ?

Difficile de croire qu'un tel mode de vie YOLO a pu tenir aussi tard dans la nuit, pas vrai ?

Le dernier assaut

Vers 5h30 les forces ennemies se mettent à arroser notre position. On échange quelques chargeurs tandis que je repère à une quarantaine de mètre ce cher Fever. Je vide un chargeur entier sur lui histoire de bien l'emmerder (j'apprend plus tard que Babou l'a achevé, bien fait tiens !) et reste caché le mieux possible : si je suis tué, c'est la fin de partie pour moi !

5h45 : je file me planquer dans la tour avec Willy histoire de couvrir l'entrée ouest d'où des bruits ont été entendus. Le temps de scruter l'horizon, nous voyons passer les Phocéens sans répliques direction la safe zone : on dirait que pour eux la journée a mal démarré (et terminé du coup). 

Les billes claquent à nouveau sur les remparts. Ils savent que la fin de partie est proche et vont donner tout ce qu'ils ont. Ils tentent même un fumigène pour couvrir leur progression, mais pour une fois ce connard de vent aura été avec nous puisqu'il aura empêché la fumée de se répandre correctement. Au pied du fort un joueur ennemi est abattu : il s'agit de Sakdoss. Mince, en prime on a aussi la Black Team en face de nous, c'est bon ça ! 

Willy est touché au casque. Fiona en tentant de venir le secourir se fait sortir à son tour. Je vide un chargeur en direction des buissons de l'ouest et balance même une grenade pour leur souhaiter la fête des pères (vu le diamètre de l'explosion, je pense avoir sorti quelqu'un avec). Et puis Willy se mange une bille létale cette fois-ci. Je suis le dernier dans la tour, avec en contrebas ce que je crois être Bandido et Sparagus. Chkoun monte me rejoindre pour m'épauler en cas de nouvelle attaque.

Je reste bien caché à scruter l'horizon comme un stalker analyse les photos facebook de son crush lorsque la fin de partie est annoncée. Soulagement : ils nous auront eu une fois, pas deux ! 

Conclusion

Ce fut au final une excellente nuit passée avec mes équipiers avec du jeu de qualité de la part des deux camps, malgré les JVN qui nous ont un peu désavantagés et les tirs sur out qui auraient pu être évités (mais cela arrive et surtout, y'a plus grave). Malgré le sérieux adopté nous auront également de bons souvenirs entre nous (le puy du fou, l'eau pour les canards, l'oeil de Sauron...). Je remercie donc tous les joueurs présents ainsi que Well pour son organisation au top. En espérant en refaire une aussi bonne rapidement !

A bientôt sur le terrain !

Gaffeur

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article