Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Un Gaffeur a l'Airsoft

Tout est dans le titre !

OP Samaritain

Azerbaïdjan au rapport (merci Babou pour la photo)

Azerbaïdjan au rapport (merci Babou pour la photo)

Salut à tous !

Aujourd'hui retex sur une OP un peu particulière car s'étant déroulée sur notre terrain mais qui a été organisée par Howard de Onyx Milsim, que nous avions croisé sur Conflicto 2 l'an dernier. Il s'agit d'un OP Milsim mettant en scène un conflit entre Arménie et Azerbaïdjan, avec forces Russes et Américaines venues mettre le bordel comme d'habitude ! Lorsque j'arrive sur le terrain, la partie a déjà commencé depuis la veille. J'ai pu suivre le déroulement sur le messenger de notre faction (nous jouons les Azerbaïdjans) et je m'attend donc à 36 heures bien nerveuses.

Insertion

For What it's Worth par Robert Plant tourne en sourdine dans ma voiture lorsque je repère Mastick et Grogu sur le parking du terrain des Taïpans. Je vais devoir m'équiper en quatrième vitesse car hier la récupération de Mastick au même endroit a coûté deux mecs chez nous et quatre à nos adversaires. 

Pas de soucis j'avais pensé la disposition de mon matériel de façon à pouvoir être prêt à jouer en moins de deux minutes. Une fois équipé, Mastick, Grogu et Bean m'escortent jusqu'à notre FOB. Grande première pour ma part je n'ai jamais été basé à cet endroit du terrain, ça me permettra d'enfin apprendre à me repérer par là bas !

Sur place se trouvent déjà tous les autres : Babou notre général, Snatch, Kinder, Talien et Yoyo qui forment quand à eux le groupe Bravo. 

Babou m'explique que l'OP est déjà bien engagée : les copains ont passé la soirée et une partie de la nuit à dénicher des box de munitions et à planquer celles des autres. Par conséquent de base nous n'avions droit qu'à 600 billes pour le week end, mais avec les munitions ramassées nous disposons de plus de 1000 coups chacun. L'OP semble bien engagée pour nous, cela fait plaisir !

Pas le temps de traîner, Babou nous confie une première mission : partir sur le site du crash puis vers la mine essayer de trouver des items. Par contre nous n'avons que trois vies chacun, il va falloir réfléchir avant de bourriner comme des cons ! 

Pauvre Stello, faut toujours qu'il prenne une rafale celui-ci !

Pauvre Stello, faut toujours qu'il prenne une rafale celui-ci !

Gros jouets et manque de coordination

Après une marche d'un bon quart d'heure nous arrivons vers le site du crash, où ce pauvre Stello a encore fait les frais des tensions entre belligérants. On ne s'embêtera pas à prendre son pouls il est troué de partout. Aucune trace d'item en revanche, donc nous décidons de tracer vers la mine pour continuer la mission. 

A la mine c'est le bingo ! En explorant la zone j'ai déniché le mortier que nous avions gaulé sur facebook la semaine précédant l'OP. Mastick prend des photos avant de nous annoncer que pour l'instant les américains ne sont pas hostiles et que les Russes seront nos alliés. 

Nous enchaînons avec une attaque du village Arménien situé en pleine forêt. L'escouade Bravo a découvert une mitrailleuse calibre 50 (Howard n'a pas rigolé avec les accessoires de l'OP on dirait !) sur le chemin, braquée sur la base ennemie. But de la manoeuvre : Alpha va les taper fort pour qu'ils nous suivent jusqu'à la mitrailleuse tenue par Bravo qui se chargera de raser chaque hostile ! 

Alpha approche de la zone mais pas de chance : les américains sont eux aussi en route sur zone, et eux sont alliés avec les arméniens... Si on attaque on risque de se retrouver avec une douzaine de ricains sur le dos en plus de la dizaine d'hostiles déjà en place. Mais qu'importe, on est venu pour taper, c'est ce qu'on va faire ! 

Mastick, Grogu, Bean et moi nous approchons au maximum et vidons chacun un ou deux chargeurs sur le village avant de nous replier vers la .50 dont Talien attend avec impatience de tester ce sacré joujou !

La cadence du bordel est excellente, la précision un peu moins mais en face ils ont compris que ce chemin n'était pas fait pour l'Arménie ! 

Mais il y a un os, les US tentent de nous contourner par le flanc droit (faut toujours qu'ils se mêlent de tout ces capitalistes à la gomme). Mastick ordonne le repli en direction de la safe zone. Le team leader a parlé je vide un chargeur avant de décamper un peu plus loin et d'attendre les autres. Sauf que hormis Mastick, personne ne nous a suivi... Mastick ordonne à nouveau le repli mais nos gars sont pour la plupart déjà hors jeu et les autres se sont trop avancés vers les américains pour pouvoir se replier. 

Nous retournons prudemment à deux jusqu'à la base où Babou risque d'être déçu de voir la quasi-totalité de son effectif décimé. 

Sacré Rocco, c'est vrai qu'il a un sacré engin

Sacré Rocco, c'est vrai qu'il a un sacré engin

Un petit coup de rasoir

Nos gars sont tous revenus pour souffler après la grosse phase de jeu que nous venons de livrer. Il commence à faire chaud, certains ôtent les gilets pour ne pas trop transpirer, mais pour ma part je préfère rester full équipé car après le coup qu'on vient de faire aux arméniens la revanche ne va certainement pas traîner.

Babou nous informe que nous avons rendez-vous à 17h avec les Russes pour consolider notre alliance. Euuuh ok mais il est à peine 13h... On va faire quoi pendant les quatre heures qui viennent ? 

Et c'est là que se pointe le premier gag : les objectifs ont été récupérés tellement rapidement que nous avons fini nos missions de la journée. Nous restons en stand by et en profitons pour causer un peu entre nous. Cela fait plaisir de retrouver les copains pour la première OP depuis septembre 2020 pour ma part, mais j'avoue que j'espérais un peu plus de fight pour la journée et que je commence un peu à perdre ma motivation car il est déjà 15h30 et rien ne s'est produit depuis que nous avons tapé les arméniens. 

Babou nous informe que les Russes vont arriver par un chemin un peu au dessus de notre camp. Parfait, cela va nous réveiller de négocier avec une autre équipe. Quelques minutes après je repère du mouvement dans les buissons dans les hauteurs et à l'arrière du camp. Nous pensons qu'il s'agit des Russes, mais je repère le camo US. Je préviens mon chef tout bas "Babou chope ta HK c'est pas les russes" puis me retourne : les gars sont tous assis dans leurs chaises et à part Mastick peu pourraient riposter. J'averti aussi Mastick dont la M249 est à portée de main. Kinder comprend qu'il se passe quelque chose et s'outille aussi. 

Trop tard les tirs et les grenades fusent. Je fonce à couvert pour tenter de les contourner et arriver à leur hauteur. Ils ne m'ont pas vu filer et j'ignore leur nombre. Je préfère attendre au maximum qu'ils approchent pour les arroser généreusement. Les grenades continuent de péter à un bon rythme tandis que Mastick et Kinder tiennent bon et rafalent à toute berzingue. En face ça crie : leurs blessés et pertes commencent à s'accumuler. Je les entend alors ordonner d'avancer et distingue à travers les buissons un bon nombre de tenues US. Bon sang ils sont combien ?

Je vide mon chargeur en entier en direction de la masse tandis que depuis le FOB quelques tirs continuent de pleuvoir. Je recharge et me replie vers le coeur du camp. Encore quelques billes tirées pour moi, je m'allonge à couvert et... Le 1000 hertz. Une grenade vient de péter juste derrière moi et mon oreille gauche n'a pas aimé. D'ordinaire j'ai toujours du mal à estimer le rayon de touche d'une grenade mais là pas de place à la discussion : je me suis fait pulvériser et Thomas Pesquet va certainement voir passer mes roubignoles depuis l'ISS. 

Encore quelques explosions et tout sera fini : notre base a été rasée, seul Rocco a pu s'échapper. 

"Bon vous tapez les US comme des putes et ensuite vous rasez les arméniens"... En rogne général ?

"Bon vous tapez les US comme des putes et ensuite vous rasez les arméniens"... En rogne général ?

14

Bien décidés à nous venger de cette humiliation, nous nous équipons en grenades, remplissons les chargeurs et repartons taper le fort US, puis les arméniens avec une réserve de vie augmentée de cinq par Howard. En effet nous l'avons informé qu'il y avait eu quelques abus sur les grenades (une équipe a ramené de la pyro malgré l'interdiction du au risque incendie) et que nous étions plusieurs à n'avoir plus qu'une vie. 

Mastick et Bean partent vers la safe zone faire diversion tandis que le reste de l'effectif s'approche discrètement par le Nord pour tenter de passer par la chatière du fort. Les premiers tirs claquent et la réponse ennemie est très américaine : quatorze putains de grenades en cinq minutes d'assaut, ça vous dit quelque chose ? Au moins celles-ci étaient un modèle autorisé car sans pyrotechnie. Le chaos est assez stimulant : je passe presque plus de temps à courir entre les grenades qu'à tirer ! 

J'arrive enfin au niveau de la chatière et sort mon Glock : je tire dans les guiboles de Howard depuis l'ouverture et l'achève avec une doublette de contrôle à côté de lui. Niark niark j'ai dégomme un chef, c'est tellement rare que je peux m'autoriser un sourire narquois. Par contre ils ont condamné le fond de l'ouverture, nous devrons passer par une entrée "classique". 

Je fonce toujours Glock au poing sous la tour et suis heureux de rater un tir : c'est Talien qui est arrivé par une autre ouverture. Une fois dans leur base je dégomme un inconscient qui me tournait le dos, avant de me faire avoir par une des sentinelles restées dans la tour... Je croyais que Mastick les avait eues, j'avais tort. 

Allongé, j'observe les copains qui arrivent à sécuriser tout le camp, à l'exception du dernier gars dans la tour. Malheureusement les arméniens ont entendu le bordel et se sont ramenés pour achever notre effectif.

Et en prime Chkoun qui fait partie de l'effectif adverse vient nous narguer "oh les gars vous en avez pas marre d'être morts ?" Aaaah c'est comme ça ? 

Les TAGinn, dans le genre discret !

Les TAGinn, dans le genre discret !

Point de rupture

Malheureusement, le second assaut sur le fort US (que je ne détaillerai pas car similaire à celui décrit ci-dessus si on excepte le mortier changé en bazooka par Snatch) survenu un peu plus tard a confirmé ce que nous pensions avoir remarqué pendant le premier : les mecs dans la tour ne se mettent pas hors jeu malgré les grenades qu'ils mangent.

Ce manque de fair play couplé à la chaleur et à la distance riquiqui qui sépare les US des Arméniens commence à peser sur le moral de nos troupes dont certains commencent déjà à faire leurs bagages... Oups. 

J'appelle Chkoun et lui demande un rendez vous à sa base avec gilets jaunes et avec Howard histoire de fixer la crise avant que ça ne dégénère vraiment. 

Cette entrevue fait du bien au moral : pour Chkoun et Jetski l'OP se déroule bien, et échanger quelques vannes avec eux est toujours bénéfique pour le mental ! Howard arrive et nous lui expliquons la situation. 

Je dois ainsi saluer le comportement de Howard qui a su entendre nos remarques et faire en sorte que les choses s'arrangent rapidement. Un temps de pause est décrété jusqu'au lendemain 8 heures pour notre faction. Une nuit de repos fera du bien car la chaleur n'aide pas non plus. 

- Bon les gars je comprend vos remarques c'est vrai que votre camp et celui de vos alliés sont trop éloignés, demain qu'est-ce qui vous ferait plaisir histoire de me rattraper ? 

Franchement un orga qui écoute vraiment les retours, accepte de se remettre en question et de modifier les plans ça fait vraiment plaisir. 

Du coup nous prendrons volontiers un Chkoun à la nage avec un supplément de Jetfrittes. Après tout le grand chef arménien nous taille un peu trop depuis hier, une mission d'assassinat pour le petit déj' nous semble une bonne idée ! 

La nuit passe sereinement : rations de combat, pâtes de fruits, blagues à la con, décompte des trois jours qu'il reste avant la sortie de Kaamelott, Snatch qui traite ma lampe de bougie avant de m'aveugler la tronche avec son bat-signal de poche... Un bivouac à la Taïpans quoi ! 

"Ahahaha prenez ça dans la ... Ah ben non, c'est vide"

"Ahahaha prenez ça dans la ... Ah ben non, c'est vide"

Azerbaïdjanais du matin...

La nuit a fait du bien au corps et à l'esprit à la plupart d'entre nous. Grogu, Bean, Talien, Yoyo et moi sommes d'attaque pour aller taper les arméniens et ouvrir la poire de leur chef devant la caméra ! Snatch et Mastick préfèrent arrêter (il faut dire qu'ils sont sur place depuis vendredi 20h30 donc tu m'étonnes qu'ils soient crevés). Kinder malheureusement a quitté la partie la veille. Dommage, ça lui aurait sans doute plu de participer à ce qui va suivre. 

On s'équipe et nous formons une seule escouade (à 5 restants on va pas se mettre à faire des groupes de 2 on sait depuis Jean-Marie Bigard qu'il faut pas le faire) pour aller taper les arméniens. 

Le plan : les taper fort et vite avant que les ricains ne débarquent. Tant pis si on se fait tous tuer du moment qu'on rase les arméniens !

Une fois à proximité de leur camp, nous entendons du AC/DC. Parfait, ils sont encore en mode réveil au calme, on va leur apporter les croissants. 

Depuis la couverture des sapins nous vidons chargeur sur chargeur en contournant leur camp avec Talien tandis que Grogu, Yoyo et Bean couvrent le chemin de la retraite. 

Malheureusement nous sommes pris pour cible par la .50 que ces saligauds sont allés chercher pour la foutre à l'entrée de leur base. Bloqués derrière une souche, Talien et moi rechargeons et tirons un peu désespérément car nous n'entrevoyons pas la sortie, d'autant plus que les ricains arrivent (tu m'étonnes leur camp est à trois minutes). Yoyo et Grogu parviennent néanmoins à venir nous couvrir et nous décrochons tous les 5. 

...Couic un coup de surin !

Par chance notre action ne nous a pas coûté de vie : seul Grogu a essuyé un tir au bras mais on lui a collé un garrot. Depuis notre position on entend que ça continue à tirer sévère : les Russes se sont certainement réveillés eux aussi avec l'envie de revanche. 

Nous décidons de couper à travers les bois pour continuer notre attaque depuis l'opposé de notre première frappe : ils ne s'y attendront pas. 

Effectivement personne pour casser notre progression : on déboule dans leur dos et après quelques minutes Grogu, Yoyo et moi parvenons à nous rapprocher de la .50. L'occasion est trop belle, je la chope pour arroser ses anciens propriétaires (surtout qu'ils nous l'ont piquée ne l'oublions pas) mais malheureusement il ne restait plus qu'une petite dizaine de coups... Merde. 

Un regard vers Yoyo : nous avons vu que les américains sont rentrés car hors jeux et apparemment il ne reste plus qu'un ou deux défenseurs. On fonce ? On fonce ! Je prend la gauche tu prends la droite. 

On pénètre dans le coeur du FOB arménien en vidant nos chargeurs sur toutes les planques qu'ils pourraient utiliser pour dissimuler un potentiel défenseur. Je passe au Glock pour sécuriser la maison principale : je défouraille leur dernier défenseur et pousse un cri de joie.

"AHAHAHAH C'EST VOUS QU'ON CHERCHAIT !!!"

Chkoun et Jetski sont effectivement dans la baraque, déjà out (encore désolé de vous avoir allumé en entrant). Qu'importe, après tout dans Kaamelott Arthur ne s'est pas emmerdé pour égorger un chef Ostrogoth déjà mort alors c'est pas un chef arménien qui va nous coller des scrupules ! 

On passe une lame sous le cou de leur chef pour le principe chacun notre tour avant d'être dégommés par les US. On s'en tape, nous avons eu ce que nous voulions ! 

 

Et couiiiiiiiiiic

Et couiiiiiiiiiic

Bilan

Deuxième fois que nous confions notre terrain à un extérieur pour l'organisation d'une OP, et il faut bien le dire le résultat est nettement plus positif que la première fois malgré quelques couacs.

Effectivement les camps n'étaient pas équitables : les US et leurs alliés n'avaient que quelques centaines de mètres pour s'épauler en cas d'attaque tandis que nous et nos alliés étions littéralement chacun à une extrémité du terrain. La chaleur a fait monter les esprits et avec le recul on aurait pu aussi mieux nous coordonner avec les russes. 

Mais malgré ça Howard a vraiment fait de son mieux pour nous apporter des accessoires de qualité (le mortier, les .50, l'antenne radio...) et pour nous ajouter des missions suite au gros temps mort que nous avons traversé. 
Je le redis mais le fait de trouver un orga à l'écoute avec qui on peut discuter face à face de façon franche est vraiment appréciable. 

De plus si une escouade US avait décidé de ne pas suivre les consignes et d'utiliser de la pyro, de taper notre camp et capturer Kinder alors qu'il n'y avait clairement pas de joueur en jeu à ce moment là (ce qui a provoqué le départ de notre Kinder qui pourtant a toujours été là même dans les OP les plus dures), ou encore de lancer "quand on a peur de prendre des billes on fait du laser game" après avoir dégommé à bout portant le doigt d'un allié déjà out... Bref d'avoir un comportement franchement moyen, ce n'est pas imputable à l'orga. Je précise après signalement qu'après l'incident du laser game les deux parties se sont expliquées et que tout s'est réglé par une poignée de main et des excuses des deux côtés. 

 

En dépit de ces quelques accros, j'ai passé un très bon week-end avec de très belles phases de jeu, du bon roleplay et j'ai apprécié les règles un peu compliquées de prime abord mais finalement bien pensées notamment le tir de contrôle à côté d'un mec étendu pour confirmer le kill sans faire mal. 

Un bilan donc assez positif pour ma part. 

A bientôt sur le terrain ! 

Gaffeur

  

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article