Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Un Gaffeur a l'Airsoft

Tout est dans le titre !

Retex OP Mehck

Niveau véhicules, on a été bien servis, toujours dans la discrétion ces américains !

Niveau véhicules, on a été bien servis, toujours dans la discrétion ces américains !

Et bien nous y voilà enfin ! Samedi 23 octobre 2021 après des mois de teasing, l'OP Mehck (prononcez Minsk) a enfin démarré ! 

A peine arrivé, Well me récupère (l'OP a commencé la veille, je suis en retard) et me fait faire un rapide tour du terrain en compagnie de Fever notre sniper préféré reconverti en photographe pour l'occasion (j'espère que tu vises mieux avec un appareil photo qu'avec un snipe mon pote ;) ). 

Comme promis, le terrain est très alléchant : il y a du dénivelé, beaucoup de forêt mais aussi pas mal de clairières et de champs bien vastes qui limiteront les tentatives d'approche furtives. Mais le clou du spectacle, c'est le camp des américains qui est tout simplement digne de tout ce que j'ai pu voir dans les oeuvres de fiction mettant en scène les US à l'étranger ! 

"T'es pas au bout de tes peines Gaffeur, y'a plusieurs gros véhicules et l'effectif est dingue, là je vais te déposer chez les copains au camp Ukrainien tu vas voir ça devrait chauffer il y a une taupe chez vous, vous avez jusqu'à ce soir pour la trouver". On peut dire qu'il sait te mettre dans le bain le président ! A peine le temps de voir passer un convoi de plusieurs pick up, le 4x4 de la HAT et carrément un humvee que nous filons à toute berzingue rejoindre le reste de ma faction. 

Bien évidemment tout ce que j'ai vu et appris par Well ne sortira pas de ma bouche pour préserver l'effet de surprise pour les copains.

Je récupère mes patchs : celui de l'OP (top) ainsi que le drapeau de ma faction pour le week-end : l'Ukraine.

Le scénario est le suivant : lorsque l'Ukraine est en proie à une guerre civile avec plusieurs factions séparatistes, la Russie profite de l'occasion pour tenter d'envahir le territoire. Afin d'épauler les Ukrainiens loyalistes dans leur combat, les troupes américaines ainsi que quelques FS Français sont déployés sur le théâtre des opérations. 

En deux mots : il va y avoir du sport !

Le back up selon Snatch : une 249 pour remplacer le MP7

Le back up selon Snatch : une 249 pour remplacer le MP7

Gaffes et premiers accrochages

A peine arrivé sur la base, je trouve Mastick qui a placé Bean, Babou, Tom-Tom, Finch en surveillance de l'entrée principale du camp. Notre base est plutôt dégagée et nous sommes situés à la limite du terrain : seuls deux secteurs sont à couvrir (nos nouvelles recrues Kevin et Guillaume s'occupent de l'autre entrée).

Pour le moment la situation est calme, je peux en profiter pour monter ma tente deux secondes fraîchement achetée et... Ah ben non en fait c'était un abris de plage qu'un sombre crétin a rangé au milieu des tentes... Bref premier couac de la journée pour moi. Je laisse mes affaires dans la niche puis je pars en surveillance avec Alex un petit peu en amont du camp. 

Deux heures ont passé, et je ne suis pas à l'aise : cette position ne me plaît pas. Il y a des ronces partout donc les planques sont rares et surtout le soleil nous tape en pleine poire si on se tourne vers le Sud. Je ne parviens pas à trouver un poste qui me convienne mais je ne vais plus me faire du soucis très longtemps : l'ennemi est arrivé avec le soleil dans le dos et je réalise trop tard leur présence. 

Bilan : trois tirs en plein torse, pas moyen de réchapper de ce genre de rafale... Je suis hors jeu pour une heure sans avoir pu tirer une seule bille. Alex défendra quelques minutes mais il se fera avoir lui aussi par un ennemi visiblement impatient d'en découdre, saligauds de séparatistes ! 

Heureusement pour nous plusieurs de nos gars partis en patrouille en véhicule sont revenus et arrivent pour repousser les envahisseurs. Après avoir essuyé une déconvenue avec sa MP7 à gaz (il fait très froid, et le vent n'arrange rien), Snatch tape un sprint vers le QG pour récupérer un petit quelque chose : une M249 à la cadence de tir honteusement satisfaisante. Avec Kinder, Tom-Tom et Fiona, ils arrosent dans tous les sens pour couvrir les nombreux blessés que les Russes ont réussi à nous infliger. 

Je ne suis pas encore dans le bain, mais cela fait plaisir de voir que les copains sont en forme !

J'ai jamais autant appelé le Médic sur une OP

J'ai jamais autant appelé le Médic sur une OP

Entre attente et attaques nerveuses

Mon heure de recyclage a pris fin : je peux retourner en jeu et reprend un tour de garde à l'entrée de la base. Nous sommes en ACP, ce qui signifie beaucoup de moments de calme, c'est ce qui se passe à présent. Encore deux heures à monter la garde, cette fois-ci sans apercevoir un seul ennemi. De plus l'ambiance se fait mauvaise : nous sommes alliés avec la team HAT et la découverte d'une tenue russe dans le camp n'a fait qu'accentuer la parano et les suspicions de trahisons. Je garde encore pour moi qu'il y a bel et bien une taupe dans la troupe, mais il faudra que je lâche l'info si jamais ça devient un peu trop méfiant entre membres d'une même faction. 

Une mission se prépare : nous devons aller épauler les Américains dans la quête d'une antenne radio que nos amis buveurs de vodka ont planqué à l'Ouest de leur camp. 

N'ayant pas bougé depuis mon déploiement, je me porte volontaire pour participer à la mission. Je suis surpris de voir que les escouades que nous avions mises en place avant l'OP ne sont pas conservées, chacun va un peu où il veut. Bon, c'est le début de l'OP il faut bien qu'on retrouve nos réflexes mis au frais depuis deux confinements !

Après avoir patrouillé autour du camp américain avec Connor himself, nous ne trouvons aucune trace de l'engin radio ennemi. Beaucoup de cactus et de potentiels abris de fortune mais aucun élément radio. Soudain les tirs fusent alors que nous revenions sur nos pas !

Le humvee part en avant pour nettoyer le sentier tandis que nous nous mettons à couvert et tentons de soigner nos blessés. Pas de chance, Kevin a reçu un tir létal, c'est fini pour lui. Je couvre au maximum Kinder qui effectue plusieurs soins puis on se retranche derrière un petit talus. 

Connor me demande ce qu'il se passe.

- Il y a au moins six hostiles dans les bois face à nous, un gars au tapis dans le groupe Ukraine, pour tes gars à toi je n'en sais rien.

- Ben déjà notre humvee est hors course ils l'ont fait sauter. 

Bon ça se présente très mal, et si on foutait le camp un peu ? En bon général US qu'il est, Connor ordonne le repli vers sa base. Mais comme nous sommes fraîchement alliés, nous devons retirer nos chargeurs pour pouvoir y entrer. Bon, visiblement la confiance règne mais en cas d'attaque il ne faudra qu'une seconde pour recharger et puis c'est moins honteux qu'un QR code à scanner. 

Malheureusement pour nous les Russes nous attendaient de l'autre côté du camp. Connor nous autorise à recharger pour soutenir ses gars. Nous prouvons notre loyauté en tombant aux côtés des troupes de l'Oncle Sam tandis que l'ennemi semble invisible : en tenue OD en pleine forêt ils ont un très bon combo camouflage/effet de surprise. 

On attache sa ceinture et en voiture Simone !

On attache sa ceinture et en voiture Simone !

Reprise en main

Sur les coups de 17 heures, Well ordonne une pause pour reprendre la main sur l'OP. Certains joueurs ne suivent pas le scénario et la partie est en train de virer à la dominicale bête et méchante entre Russes et US. De notre côté il y a une certaine frustration : nous avons entendu des attaques sur le camp américain pendant toute la journée, mais pas une seule fois nos ennemis ne sont venus nous attaquer, alors que le scénario prévoit bien que nous sommes attaqués et que l'OTAN nous renforce, pas le contraire ! Par conséquent les phases d'attente n'avaient pas la même tension qu'habituellement. Soyons francs : défendre pendant plusieurs heures sans sortir du camp fait partie du jeu. Mais quand tu sais qu'il ne se passera rien parce que l'ennemi s'acharne sur un autre camp... L'intérêt est diminué. Bon il y a bien ma grenade qui m'a pété à la tronche suite à une défaillance pour rythmer l'après midi remarquez ! Quand j'y repense heureusement que j'ai eu le réflexe de la dégager à coup de pied loin des autres parce que sinon paf plus de Gaffeur, plus de Bandido, plus de Pivert, plus de Farrès et plus de Rabbi ! 

Mais notre bon Well a vite compris le malaise et a remis l'OP sur les rails. Cette fois-ci c'est vraiment parti : on reforme les escouades prévues, on annule le scénario de l'infiltré(e) et on repart effectuer des missions et réaliser des objectifs sans soupçonner personne.

Alex, Bandido, Mastick, Finch, Yoyo et moi sommes déployés par Snatch à deux pas d'un sentier miné que nos alliés de la HAT sont en train de sécuriser. 

Après une longue et prudente avancée en plein territoire ennemi, nous localisons enfin la balise radio Russe que ces fourbes ont accroché à trois mètres du sol ! Finch aide Alex à grimper puis ce dernier tranche le câble qui fixait l'engin à son arbre. Bandido félicite les gars et nous ordonne de nous replier vers le camp américain que nous traverserons en sécurité afin de rejoindre notre QG situé de l'autre côté. On se dépêche car nous avons entendu les gars de la HAT être pris à partie : les russes ne sont pas loin. 

Une fois devant les grilles du camp, nouvelle tuile : les sentinelles ne veulent pas nous laisser passer. Nous avons beau leur expliquer que nous avons les russes au derche, ils ne veulent pas ouvrir sans autorisation de Connor. Mais pourquoi ne répond-t-il pas ??? 

C'est alors que Alex a une idée : "les gars, au pire on passe en sprintant le long de la barrière avec des gars de chez vous côté camp comme ça si on est accrochés au moins vous nous couvrez pour qu'on puisse passer". Tope là ? Tope là ! 

Je prend la tête de la colonne et fonce comme un forcené vers l'autre bout de la base en longeant le grillage, suivi de près par mes camarades ukrainiens et les US restés de leur côté du mur.
Ils ont vraiment un problème avec les murs et les étrangers depuis quelques années ces diables de texans... Au moins nous sommes arrivés à revenir à notre base avec l'objectif : pas une seule perte, pas une seule bille tirée. Propre, nikel. 

 

La nuit tombe sur l'Ukraine et ses ukrainiens victorieux

La nuit tombe sur l'Ukraine et ses ukrainiens victorieux

Snatch and furious

La nuit est tombée, les routes ont été déminées pendant que nous récupérions l'antenne : on va pouvoir aller chanter une berceuse aux ruskofs en compagnie de la HAT. 

Nous sommes à bord du pick-up de Snatch avec Tom-Tom et Kinder lorsque le 4x4 de la HAT stoppe et que le chauffeur descend pour faire un point. 

- Mec on roule en JVN sans les phares, avec toi qui nous suit on a les yeux cramés. 

- Nous on n'a pas de JVN, si vous voulez on passe devant.

- Le gag c'est qu'avec tes phares ça va bousiller l'effet de surprise.

Il n'a pas tort, dans tous les cas notre attaque sera foireuse si on ne trouve pas une solution. C'est alors que Snatch affiche un air qu'on ne connaît que trop : celui qui dit j'ai la solution mais elle va pas plaire à tout le monde. 

- Bon voilà ce que je vais faire j'vais traverser leur base comme une balle avec pleins phares en faisant du bordel. Je largue mes gars de l'autre côté pour attirer leur attention et vous vous débarquez discrétos derrière. 

Le plan est validé. "Les mecs attachez vos ceintures" lance Snatch avant de lancer son pick-up à 50 à l'heure sur une piste bien rocailleuse et truffée de flaques de boue. 

Et là c'est le drame : les russes ont pensé à barrer l'accès en plaçant un tronc en travers de la route. 

" SNATCH PUTAIN Y'A UN ARBRE FREINE !!!"

Tentative de freinage, mais un peu trop tard : le pick up tape la barricade de fortune et celle-ci s'écroule. Forcé de reculer, Snatch nous fait descendre tandis que nous vidons nos chargeurs vers les lampes torches des joueurs qui se demandent bien ce qu'il se passe bordel de nom de nom !

L'assaut se poursuit de notre côté, nous sommes allongés le long de la route dans l'attente de nos renforts qui finissent par se joindre à la fête. Le combat est mémorable, même sans JVN nous pouvons voir grâce aux phares de Snatch les billes fuser et les silhouettes s'agiter derrière les arbres. 

Putain il y aura eu beaucoup d'attente aujourd'hui, mais cette seule attaque en valait la peine ! 

Pourtant il y eu un hic de taille pour Tom-Tom et moi. Ayant entendu le raffut que nous avons causé, des renforts ennemis sont arrivés dans notre dos. Je pense avoir eu le temps d'en dégommer un avant d'être éliminé à mon tour. 

Je tombe au sol comme le veut le règlement ACP. Mais le règlement ne précise pas qu'il arrive que le sol soit jonché de cactus. Pas le modèle aux grandes épines, le modèle aux épines microscopiques et bien plus nombreuses. Oui, ça a piqué. Pour Tom-Tom aussi. 

La base US, quand je vous disais que c'était pas du flan

La base US, quand je vous disais que c'était pas du flan

Fin difficile 

Suite à cette chute épineuse, la nuit fut catastrophique pour ma part en dépit des efforts de mes amis qui m'ont aidé à retirer un maximum d'épines et qui m'ont couvert le dos de chatterton pour fixer les dernières et éviter les démangeaisons. Et encore j'ai de la chance Babou m'a laissé sa tente car il a du partir à 21 heures la veille. Parce que le combo déguisement de hérisson et abri de plage aéré pendant une nuit d'automne aurait certainement eu raison de ma volonté pour la matinée de dimanche. Mais là j'ai pu me reposer au chaud : la douleur est toujours là mais j'ai tout de même assez d'énergie pour jouer. Je me change (j'ai eu du pif : j'ai pris un froc, un calebard et des chaussettes de rechange ainsi qu'une veste chaude type bûcheron... Si j'avais su que j'en aurais besoin suite à un câlin avec un cactus en tout cas je ne l'aurais pas cru).

Je me change tant bien que mal puis je sors me dégourdir les jambes réplique prête à cracher ses billes au cas où. Bandido m'annonce que deux américains vont arriver pour nous épauler à la défense, le code sera les initiales de nos camps respectifs. 

Après une dizaine de minutes et tandis que le bleu de l'aube n'est pas encore chassé par les premiers rayons de soleil, je distingue deux tâches sombres depuis ma planque : "UK !", "US !". Parfait ce sont nos renforts. Tout va bien. 

La fin de l'OP approche : à 10 heures la fin de partie sera prononcée. La quasi-totalité de notre effectif part renforcer la base américaine contre une attaque massive de l'armée rouge. 

Là nous retrouvons Super Connor ainsi que Jetski notre sauveur que nous ne manquons pas de charrier sur le fait que toute leur base a été nettoyée au couteau pendant la nuit. Toute une base couchée au couteau, sur ce coup là je tire mon chapeau aux adversaires c'est objectivement un sacré braquage. 

Pour l'heure la base US dispose de trois portails dans son périmètre intégralement grillagé. Jestki et Connor nous placent nous les Ukrainiens sur la porte centrale tandis que leurs troupes se partageront les deux autres. 

J'aurais aimé dire que l'assaut fut épique et bien nerveux, malheureusement le gros des troupes ennemies a attaqué les points tenus par les US. Seuls quelques malheureux étaient venu faire diversion sur notre position, mais ils ont vite été neutralisés par nos gars. Cette fin d'OP aura été assez frustrante pour ma part, aussi je m'excuse auprès de mes coéquipiers pour mon comportement un peu grognon sur la route du retour. Une nuit blanche avec une séance d'acupuncture, de très longs tours de gardes mais malgré tout la motivation d'y retourner le matin pour au final être la seule zone du périmètre à ne pas avoir participé au gros de l'action... Ce n'était tout simplement pas mon jour il faut croire !

Conclusion

Alors oui, je n'ai pas été bon sur cette OP. Le fait que certains ne suivent pas le scénario a un peu saboté les plans mis en place par les orgas, tandis que notre effectif a mis un moment avant de vraiment être organisé sur les tours de garde et les départs en mission... Ce qui fait que certains ont carrément enchaîné 10 heures de surveillance avant d'être relevés. Je pense qu'en temps que joueurs nous pouvons tirer quelques leçons de ce week-end. 

Par contre en temps qu'amis, quel plaisir que ces 36 heures de jeu ! Les quelques missions effectuées ont été mémorables de par notre complicité et notre sens de l'humour bien à nous, et les tours de garde ont été l'occasion de rencontrer pour de bon nos nouvelles recrues. Les fous rires, le minage avec Mastick et Bandido qui a donné lieu à un clin d'oeil pas très raffiné à Jurassic Park, Jetski qui répond façon Taz Mania à la radio, Snatch et son pick-up passe-partout... Que de bons souvenirs sur cette partie ! 

Concernant l'organisation je dois enfin féliciter Well, Snatch, Fiona et tous ceux qui ont oeuvré de près ou de loin sur cette OP ambitieuse qui aurait mérité d'être mieux respectée par certains joueurs. Le terrain était magnifique (bon aller si on pouvait dé-cactuser la prochaine fois pour éviter que je termine comme les hyènes du Roi Lion...), le nombre de joueurs et de véhicules vraiment élevé, les missions scénarisées ont apporté quelques bonnes surprises (les champs de mine, idée terrible).

Le seul couac à mon sens aura été de teaser la présence de la taupe dans les rangs de l'Ukraine car cela a causé une sécession entre Taïpans et HAT pendant quelques heures de jeu... Dommage car à l'arrivée tout ce monde a finit par partager bières et chips et par plaisanter autour de la buvette de fin de jeu.

Pour ma part ce fut objectivement une OP réussie, ce n'est pas parce que j'ai été mauvais que c'était de la faute des orgas. En tout cas j'ai hâte de voir la suite arriver ! 

Sur ce je vous laisse je vais aller essayer d'ôter la dernière épine de cactus que j'ai planté dans le...

A bientôt sur le terrain !

Gaffeur

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article